affiche galerie - versiopn2.jpg

                           "humain trop humain"

                      peintures de Mireille Semre

                   du 20 août au 8 septembre 2021

         à l'Abri des Guetteurs 5 boulevard Richepin.

Présents lors du festival du cinéma,

ce sont plus de 100 visages juxtaposés qui créent l'évidence et l'émotion d'un corps social ouvert parce que basé sur la différence.

1629392885244.jpg

"humain trop humain" est hébergé à Douarnenez du 20 août au 8 septembre 2021 dans "l'Abri des Guetteurs". Il s'agit de 100 portraits côte à côte sur 3 rangées (18 x 2 mètres) que François Cresté accueille en bousculant l'exposition en cours qui sera réinstallée partir du 8 septembre et jusqu'au 8 novembre. Ce moment a été choisi pour accompagner le 43ème festival de cinéma de Douarnenez "peuples et luttes en Grèce" d'autant plus que "humain trop humain" a mûri avec la lecture du livre de Niki Giannari et Didi Hubermann "passer quoiqu'il en coûte" colère et indignation face au rejet des réfugiés à Idomini.Plastiquement, je me suis posé la question de faire tenir côte à côte, sans mise en scène ou dramaturgie, des visages croisés dans le quotidien, simplement là, ensemble et proches. Je me suis rendue compte que c'est la différence d'exécution qui permet leur juxtaposition pour former un tout autonome et ouvert, car au contraire d'une exécution uniforme, aucun récit ou aucune théâtralité ne s'installait.La cohésion de l'ensemble vient des différences affirmées de chaque tableau. C'est également vrai socialement, d'où une coexistence de visages autonomes qui n'occupent pas tout l'espace et dont la différence nous laisse circuler parmi eux, avec eux, en eux. Chacun fait corps avec une multitude traversée comme en un chuchotement par l'histoire et l'actualité dont témoignent les mots à peine déchiffrables de Niki Giannari, Paul Celan, Mahmoud Darwich, Benjamin Fondane ou Emilie Dickinson.Mireille Semre.